• LE CLIP

    https://youtu.be/pB5kwWwA_4Y

     

    La traduction du clip de Kipélov, réalisé en vue de la commémoration de la levée du siège de Léningrad. 

    Avec des illustrations d’Ivan Bilibine, grand artiste illustrateur de livres de contes pour les enfants, images qui ont malheureusement un rapport relativement direct avec cette époque, car cet artiste fait partie des nombreuses victimes de la barbarie nazie (Ce blocus, le plus long de la guerre avec ses 28 mois (872 jours), a entraîné la mort de 1 800 000 Soviétiques, dont plus d’un million de civils –https://fr.wikipedia.org/wiki/Si%C3%A8ge_de_L%C3%A9ningrad ). Ivan Bilibine, dont la carrière artistique avait commencé dès la fin du 19ème siècle, a vécu un temps en France, avant de revenir en URSS, vivre et travailler à Léningrad). 

    C’est donc également une occasion de lui rendre hommage.

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Une vidéo très émouvante qui rend un hommage vibrant à toutes ces jeunes (et moins jeunes) femmes qui ont tout sacrifié pour nous libérer du fascisme !

    https://youtu.be/_K0O4nE6mRg

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • "Sviachtchennaïa Voïna (en russe : Свящéнная войнá), ou « Guerre sacrée », est l'un des plus célèbres chants de la Grande Guerre patriotique (1941-1945) en URSS.

    En introduction voici l'annonce officielle de la guerre par le gouvernement soviétique à son peuple fait par le célèbre Lévitan que Hitler a proclamé son ennemi personnel n°1 et a promis de pendre dès que la Wermacht prendrait Moscou. Pour la tête du premier speaker de l'Union Soviétique il a promis une récompense de 250 000 marks.

    "Notre cause est juste. L'ennemi sera battu. La victoire sera à nous". Il le disait avec une telle certitude et telle force que ces paroles ont été mémorisés pour toujours par des millions de personnes réunis ce jour tragique autour du poste de la radio.

    Traduction de l'annonce (le texte n'est pas complet) :
    Attention, ceci est une déclaration du gouvernement de l'URSS. Citoyens et citoyennes de l'Union Soviétique ! Aujourd'hui le 22 juin à 4 heures sans déclaration de guerre, l'armée allemande a attaqué notre pays, nos frontières dans beaucoup d'endroit et ont bombardé Jitomir, Kiev, Sebastopol, Kaunas et autres villes..."

    Un chant poignant

     

    Paroles :

    Lève-toi, pays, immense,
    lève-toi, pour un combat à mort !
    Contre la sombre horde fasciste,
    contre la horde maudite.

    Refrain :
    Que la noble fureur
    Se déchaîne, comme une vague !
    C'est la guerre du peuple,
    La guerre sacrée !

    Repoussons les oppresseurs
    De toutes les idées ferventes,
    Les violeurs, les pillards,
    Les tortionnaires du peuple.

    Refrain :
    Que la noble fureur
    Se déchaîne, comme une vague !
    C'est la guerre du peuple,
    La guerre sacrée !

    Que les ailes noires n'osent
    Survoler notre Patrie,
    Que l'ennemi n'ose piétiner
    Ses champs immenses.

    Refrain :
    Que la noble fureur
    Se déchaîne, comme une vague !
    C'est la guerre du peuple,
    La guerre sacrée !

    A la vermine fasciste putride,
    Nous enfoncerons une balle dans le front.
    Pour la lie de l'humanité
    Nous clouerons un solide cercueil !

    Refrain :
    Que la noble fureur
    Se déchaîne, comme une vague !
    C'est la guerre du peuple,
    La guerre sacrée !


    Extrait du Wikipédia :

    Les paroles avaient été écrites par Vassili Lebedev-Koumatch au cours des premiers jours de l'invasion de l'URSS par l'Allemagne nazie. La musique fut composée par Alexandre Alexandrov, le fondateur des Chœurs de l'Armée rouge et compositeur de l'Hymne de l'Union soviétique. La mélodie sonne comme un appel à la guerre sainte de la nation tout entière contre les envahisseurs.

    Le texte de Vassili Lebedev-Koumatch fut publié le 24 juin 1941 par les journaux Krasnaïa Zvezda et Izvestia, soit à peine deux jours après l'attaque allemande. Le lendemain 25 juin, Alexandrov composa la musique et le chant fut exécuté pour la première fois le26 juin 1941 à la gare ferroviaire de Belorousskaïa, à Moscou, par les Chœurs de l'Armée rouge pour encourager les soldats en partance pour le front. Il fut rapidement adopté par les troupes et contribua à maintenir le moral lors des combats défensifs.Sviachtchennaïa Voïna ne fut cependant pas diffusé à la radio avant le 15 octobre 1941, car les autorités estimaient qu'en raison des énormes pertes que l'Union soviétique avait subies, les paroles étaient tristes et tragiques. Mais à partir de cette date,Sviachtchennaïa Voïna fut diffusé tous les matins par Radio Moscou, après le carillon du Kremlin.



    Gloire aux peuples soviétiques ayant libéré le monde du joug fasciste au prix de plus de 25 millions de morts !

     

    Une autre version :

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Par le camarade DO que nous remercions pour cet excellent rappel historique.

    - LA CONTRIBUTION SOVIÉTIQUE À LA VICTOIRE DE 1945 !

    POUR CEUX QUI ONT "OUBLIE" :

    Pendant près de 4 ans, du 22 juin 1941 au 9 mai 1945, le front germano-soviétique fut le front principal de la Seconde Guerre mondiale. Il s’étendait sur 6.200 kms. Sur ce front immense, l’Union soviétique, dirigée par le Parti communiste et Joseph STALINE, y affronta seule à seule l’Allemagne hitlérienne, résista aux coups des hordes fascistes, stoppa leur avance et les refoula.

    Vingt millions de vies humaines sur les 50 millions emportées au total dans la dernière guerre, tel fut le tribut du peuple soviétique sur le fascisme. [NDLR : Les deniers chiffres donnent entre 25 à 30 millions de morts]

    Le défilé de la Victoire sur la place Rouge à Moscou, le 24 juin 1945, fut véritablement triomphal. Son moment culminant fut le dépôt, au pied du Mausolée de Lénine, sous les roulements des tambours, des étendards des divisions vaincues du Reich.

    Il fut difficile ce chemin vers la Victoire. Le retracer contribuera à rappeler que l’URSS a largement contribué à la défense de "LA LIBERTÉ", de "LA DÉMOCRATIE", des "DROITS DE L’HOMME" et que ses peuples en ont fortement payé le prix. C’est une vérité historique et un devoir de ne pas l’oublier !

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Par Laura Fonteyn (15 septembre 2006) [Commenté et annoté par TML (Mai 2019) ]

    - Kronstadt 1921 : Quelle approche historique ?Selon Lénine, ce fut l’ « éclair qui a illuminé la réalité plus vivement que tout » (1). La rébellion de Cronstadt contre le gouvernement soviétique dirigé par les bolcheviks dura seulement un peu plus de deux semaines, mais elle recèle dans ses enjeux les questions essentielles que se posait le pouvoir bolchevik dans les premières années de la révolution. Cronstadt demeure par là même un sujet de discussion toujours brûlant entre trotskystes et anarchistes. Quelle appréciation, quelles conclusions tirer de cet événement aujourd’hui ? 

    [ ND-TML >>>selon nous, aujourd’hui, en 2019, l’intérêt de republier cet article réside dans les nombreuses sources qu’il cite et qui dépassent largement le cadre des polémiques habituelles sur le sujet, pour tenter de fournir une véritable base de réflexion, à reconsidérer, donc, à la lumière du matérialisme historique et donc des fondamentaux du ML, qui ont ici une nouvelle occasion de montrer leur pertinence. Et leur actualité, de plus, malgré l’ancienneté du sujet, dans la mesure où les leçons de l’histoire de l’URSS restent encore à tirer, pour l’essentiel, et notamment, pour se dégager des poncifs idéologiques réactionnaires, mais aussi révisionnistes et trotskystes, malgré la qualité exceptionnelle de cet article, dans le genre! ]

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires