• - Staline contre le culte de la personnalité

    Par notre camarade TML

    - Staline contre le culte de la personnalitéConcernant les « erreurs de l'époque de Staline », la phrase exacte porte sur « les excès de l’autoritarisme, du culte de la personnalité, les abus de la violence répressive, et autres errements ». Elle est essentiellement là pour nous rappeler cette simple évidence dialectique qu'il n'y a pas d'infaillibilité chez aucun dirigeant, même prolétarien, et aussi bien intentionné soit-il !

     

    Une évidence dialectique qu'un culte fétichiste de la personne de Staline a réellement occulté en URSS, dans certains milieux, et que Staline lui-même a tenté de combattre. Une trace en reste sur le site de V. Gouysse :

     

    http://www.marxisme.fr/Joseph_Staline_et_les_mensonges_de_la_bourgeoisie.htm

     

    « Depuis le fameux "discours secret" mal famé de Khrouchtchev au XXe congrès du P.C. d'Union Soviétique en 1956, un reproche archi-connu fait contre Staline, c'est qu'il aurait créé et imposé au parti le "culte de la personnalité" autour de sa personne.

     

    Il est indéniable qu'il y avait en Union Soviétique des exagérations et des louanges à Staline ridiculement exagérées, et aussi des surestimations formalistes des mérites et de la personne de Staline allant jusqu'à des fleurs de rhétoriques.

    Cependant, Staline lui-même était un ennemi de toute forme de culte de la personnalité. Staline a combattu de manière répétée l'idéalisation de personnes isolées.

    « Lénine nous enseigne que seuls peuvent être de véritables dirigeants bolcheviks ceux qui savent non seulement enseigner aux ouvriers et aux paysans, mais aussi apprendre d'eux. » (Staline, Questions du léninisme, 1939, traduit par nous d'après l'édition allemande)

     

    Et Staline a parlé de manière très autocritique de son propre travail et de ses propres erreurs (voir les Oeuvres de Staline, Tome 1, la préface de l'auteur) et a combattu exagérations ou même flatteries.

     

    Ainsi, dans une lettre du 16 février 1938 adressée aux éditions " Djestisdat " (Editions du livre pour enfants) auprès du Komsomol, Staline s'est tourné contre la publication d'un livre sur sa personne lui ayant été présenté pour qu'il donne son avis. Voici le texte de cette lettre :

    « Je me tourne de manière décidée contre la publication du " Récit sur l'enfance de Staline ". Ce livre contient d'innombrables affirmations qui ne correspondent pas aux faits, déformations, exagérations et louanges non méritées. Les auteurs ont égaré les appréciateurs de récits, ce sont des menteurs (peut-être aussi des menteurs " de bonne foi ") et des lécheurs de bottes. C'est regrettable pour les auteurs, mais un fait reste un fait. Mais ce n'est pas le point le plus important. Le point le plus important se trouve dans le fait que le livre a tendance a ancré dans la conscience des enfants soviétiques (et des hommes en général) le culte de la personnalité, le culte du dirigeant, le culte de héros ne se trompant jamais. C'est dangereux et nuisible. La théorie des " héros " et de la " masse " n'est pas une théorie bolchevik, mais une théorie des sociaux-révolutionnaires. Les héros font apparaître le peuple, le transforment d'une masse en un peuple - disent les sociaux-révolutionnaires. Le peuple fait apparaître les héros- répondent les bolcheviks aux sociaux-révolutionnaires. Tout livre de cette sorte versera de l'eau aux moulins des sociaux-révolutionnaires, endommagera l'ensemble de notre travail bolchévik. » (La lettre de Staline fut publiée en 1953 dans " Voprosy istorij " (Questions de l'histoire) N° 11, cité et traduit par nous d'après J.W. Stalin, Werke, Erganzungsband 1929-1952, Berlin 1977)

     

    Staline désapprouvait un comportement et un état d'esprit soumis par rapport à sa personne comme à l'égard de personnes en général aussi comme quelque chose ne servant à rien, comme de la phraséologie d'intellectuels, comme n'étant pas communiste :

    « Vous parlez de votre " dévouement " à mon égard. Peut-être que ces mots ne vous ont échappé que par hasard. Peut-être … Si ces mots ne vous ont pas échappé par hasard, alors je vous conseillerais de jeter par dessus bord le " principe " du dévouement à l'égard de personnes. Ce n'est pas la manière bolchevik. » (Staline, Lettre au camarade Schatunowski, 1930, traduit par nous d'après Werke Band 13, p. 17)

     

    Et en 1946, Staline écrivit au colonel de l'Armée Rouge, le Prof. Dr.Rasin, qui louait avec exaltation les accomplissements de Staline dans la 2e guerre mondiale contre l'attaque de l'Union Soviétique par la Wehrmacht nazie :

    « L'oreille est aussi blessée par les louanges à Staline - c'est simplement pénible de les lire. » (Staline, Réponse, 23 février 1946, publié dans " Neue Welt ", cahier 7, avril 1947, p.23-25, traduit par nous d'après Werke Band 15, p. 58) »

     

    C'est généralement au nom de ce culte que des dérives autoritaires et des excès, voire des erreurs, parfois reconnues ensuite, du temps même de Staline, ont pu avoir lieu dans la répression politique.

     

    D'un point de vue ML, il reste, de plus, nécessaire d'analyser les causes de la contre-révolution khrouchtchevienne, et notamment, du peu d'opposition qu'elle a finalement rencontré, même si elle est loin d'avoir été négligeable, contrairement, là aussi, à une idée reçue !

     

    Il est donc évident que des erreurs ont été commises, à un moment ou à un autre, qui ont, même si bien involontairement, favorisé la progression du révisionnisme au sein du parti.

     

    A partir de 1950, Staline commence lui-même à faire une critique implicite, et en partie, indirecte, de fait, du lyssenkisme, qu'il avait jusque là nettement cautionné pendant plusieurs années.

     

    L'emprise de ce courant idéologique sur le parti et la société est précisément déjà tel qu'il ne peut l'affronter ouvertement et directement.

     

    Après la mort de Staline, Lyssenko retrouvera l'essentiel de ses prérogatives, sous l'influence de Khrouchtchev, et il faut évidemment y voir un « renvoi d'ascenseur » pour le service rendu au révisionnisme par le courant de Lyssenko. La promotion du lyssenkisme se prolonge, en France, au sein du PCF, sous Thorez et jusqu'à la mort de ce dernier. Ce constat ne doit rien au hasard et il est donc précisément à mettre en rapport, parmi d'autres éléments, avec l'article de « Ligne Rouge » que "recocom" vient de republier.

     

    Peu avant sa mort, Staline continuait donc le combat en réhabilitant ipso facto Andreï Jdanov, à travers l' « affaire des blouses blanches », même si toujours indirectement, donc...

     

    Andreï Jdanov s'était trouvé « marginalisé » au sein du parti, avant de mourir, en 1948, dans des conditions plus que douteuses, qui sont précisément l'objet de l' « affaire des blouses blanches ». Un des combats de Jdanov, et avec l'appui de son fils, un responsable scientifique de haut niveau, était précisément contre le lyssenkisme.

     

    Il s'agissait déjà de réaffirmer qu'il n'y a pas de « science bourgeoise » et de « science prolétarienne », mais une utilisation bourgeoise ou prolétarienne des réalités et des lois scientifiques.

     

    Un thème que l'on retrouve, finalement, dans « Les problèmes économiques du socialisme en URSS » :

    https://tribunemlreypa.files.wordpress.com/2017/11/les-problemes-economiques-du-socialisme-en-urss.pdf

     

    C'était à l'occasion de la préparation du 19ème et dernier Congrès du Parti Bolchevique.

     

    Malheureusement, on connait la suite, avec la mort de Staline, peu après, dans des conditions également plus que douteuses, et la victoire définitive du khrouchtchevisme au 20ème Congrès !

     

    Évidemment, il ne sert à rien de jongler avec des « si ceci, si cela », mais le fait demeure évident que la situation de l'URSS eut manifestement été bien meilleure si le lyssenkisme avait été démasqué et franchement éliminé plus tôt !

    « - L'Hymne de l'Union Soviétique - Version originale de 1944
    Partager via Gmail Yahoo!

    Tags Tags : , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :